Concert: Debout sur le zinc + HK & les Saltimbank + Barrio Populo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Concert: Debout sur le zinc + HK & les Saltimbank + Barrio Populo

Message par Mad Ness le Dim 25 Oct - 12:52

On entre tout d'abord dans une salle, dont les murs vêtus de noir évoquent la singularité de l'ambiance qui règne. Devant la scène déambulent quelques brebis égarées, surveillant leur montre par hâte que le spectacle commence. Petit à petit, comme au compte goutte, quelques moutons noirs rejoignent le troupeau. L'uniformité n'est cependant pas au rendez-vous : tous les âges se mêlent, toutes les classes se rencontrent, toutes les croyances se fondent les unes aux autres ; sans savoir encore trop pourquoi.
Soudain, les néons s'éteignent. Les projecteurs se mettent à briller. Les voix se taisent. Et la guitare résonne, et la batterie bouleverse les battements de nos cœurs, et le jeune guitariste prend le micro. Il nous noie alors dans un rock dégénéré et délicieusement libérateur. Les moutons, de plus en plus nombreux, commencent à se serrer. Par ici, l'un tape du pied. Par là, un autre se trémousse. Bientôt, ces êtres n'ont plus qu'une seule couleur, qu'une seule voix. Ils se délectent du flot de folie et de jeunesse que nous offrent ces musiciens chevelus. Un solo de trompette plus tard, et c'est la fin. Les Barrio Populo saluent le public, puis laissent leur place à HK  & les Saltimbank.
On commence à démonter la scène, puis à la refaire. Mais pendant ce temps, pris de panique, les gens se pressent, tentent de sortir ou de s'asseoir. Sans musique pour les rassembler, ils ne savent plus où aller. Un petit homme, tout en blanc, jusqu'à sa casquette, se propose alors de résoudre le problème. Entre slam et chanson française, HK réunit sa meute autour de l'immigration, les voyages et la révolution. Tels une multitude de  flocons recouvrant le sol, le public se masse, remue à l'unisson. La tension monte, les artistes attisent les braises et en une étincelle, une avalanche de joie se répand à travers le Transbordeur. Les paroles rappellent celles de Zebda, les rythmes piochent dans le reggae ou encore le rock, chacun s'y retrouve. Le groupe électrise tellement la foule que lorsque le chanteur nous fait répéter « Niquons la planète », nous chantons tous ensemble de bon cœur. Nous ne sommes alors plus des moutons, mais bien des loups, des loups affamés qui ne se rassasieront que d'un seul mets : la musique. Les textes, bien que simplistes, nous ont laissé un goût de liberté dans la bouche ; si bien que lorsque le groupe nous tend son salut final, nous en redemandons.
Le manteau de neige, transpirant de bonheur, a complètement fondu. A la moindre escarbille, il prendra feu. Alors quand Debout sur le zinc se présente sur scène et nous inonde de son incroyable allégresse, le public exalte ! En quelques notes, ils nous transportent dans un monde qui leur est propre. Entre les guitares basses et la batterie, face au violon, au saxo et à la trompette, le chanteur pose sa voix, telle une caresse. L'audience ne tient plus en place : elle est devenue un corps. Un gigantesque corps, animé par une poignée de musiciens talentueux. Ce corps, dont les membres parfois désarticulés se tendent vers la scène, se balance frénétiquement sans jamais s'arrêter. Il s'essouffle quelque peu, mais jamais ne s'arrête de chanter. Les enceintes, ses poumons. La scène, son esprit. Son cœur est la pulsation qui le fait vibrer. Au cœur de l'euphorie, le groupe salue et se retire … mais bien sûr la fièvre électrique du public le pousse à revenir nous guérir. Il nous offre alors une curieuse surprise. Écartant les micros, le chanteur réussit à nous faire taire, nous interdit même d'applaudir. Outrés, nous prêtons l'oreille. Surprise : deux morceaux acoustiques, d'une magie sans pareille. Dans un silence, nous réclamons, nous exigeons, nous trépignons : nous voulons la chanson que nous connaissons tous par cœur, celle qui nous a poussés à venir ce soir là, « La déclaration ». Lorsque les premières notes retentissent, nous ne sommes plus qu'un brasier. Un délicieux brasier, consommant l'anti-capitalisme à outrance, l'engagement, l'amour, la vie, la liberté. C'est ce qui restera de cette soirée éphémère. La liberté.





Cette nuit là, nous sommes tous rentrés chez nous.
Nous n'étions plus une meute, plus une vague, plus un seul corps, mais bien des centaines d'individus singuliers, emportant avec eux ce bonheur indescriptible.
Des centaines de petits flocons, prêts à déferler sur le monde afin de le faire changer.
avatar
Mad Ness
Admin

Messages : 13
Date d'inscription : 22/09/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concert: Debout sur le zinc + HK & les Saltimbank + Barrio Populo

Message par Léonore Morales le Dim 25 Oct - 16:56

C'est super ! La description est belle et je vais m'intéresser au groupe dès demain pour te dire si ça me plait. Smile

Léonore Morales

Messages : 9
Date d'inscription : 14/10/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concert: Debout sur le zinc + HK & les Saltimbank + Barrio Populo

Message par Mad Ness le Dim 25 Oct - 17:20

Merci beaucoup Smile
J'espère que tu vas aimer !!
avatar
Mad Ness
Admin

Messages : 13
Date d'inscription : 22/09/2015

Revenir en haut Aller en bas

Re: Concert: Debout sur le zinc + HK & les Saltimbank + Barrio Populo

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum